“ Parce que l’avenir de votre département est d’abord votre affaire, j’ai souhaité que vous puissiez dire très simplement votre attachement au Val-de-Marne et aux politiques publiques qu’il développe.
Je vous remercie par avance de votre attention et de votre mobilisation.
 ”

Christian Favier

Christian Favier
Sénateur
Président du Conseil général du Val-de-Marne

>
 Je demande au gouvernement de renoncer à ce projet.
>
 J’affirme mon attachement au département du Val-de-Marne utile à toutes et à tous.

Plus de 1000 élus unis pour une métropole ambitieuse, solidaire et démocratique avec les Départements

7 départements, 1 région, 500 communes, des élus venus de toute l’Île-de-France, des représentants de la société civile… Mercredi 31 janvier 2018, ce sont plus d’un millier de personnes au-delà de tout clivage politique qui se sont rassemblées pour défendre une métropole ambitieuse, solidaire et démocratique avec les Départements.

 

A l’initiative des Départements de l’Essonne, des Hauts-de-Seine, de la Seine-et-Marne, de la Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise et des Yvelines, plus de 500 élus se sont rassemblés pour protester contre le projet gouvernemental de suppression des Départements de petite couronne.

« Nous alertons sur le danger de supprimer ce qui fonctionne et ce qui a fait ses preuves depuis plus de 50 ans » a déclaré Christian Favier, président du Conseil départementale du Val-de-Marne.

Des Départements solidaires

La Fondation Agir Contre l’Exclusion (Face94), a rappelé que le Département est un partenaire utile au quotidien. Son président, Bernard Benoist, a rappelé l’importance des actions menées grâce au Département. A travers des ateliers linguistiques, de savoir-être ou encore de découverte du fonctionnement d’une entreprise, FACE94 se bat en faveur de l’emploi, de l’éducation ou encore de l’insertion. « Dans le Val-de-Marne, les bassins économiques présentent de grosses disparités. L’échelon départemental permet de gommer ces différences. »

Gilles de Wavrechin, Directeur territorial de la Fondation des Apprentis d’Auteuil, a ajouté : « En supprimant le Département, je crains une approche très technocratique et éloignée du terrain en ce qui concerne les problématiques sociales. »

Des Départements qui investissent

Séverine Leplus, Directrice générale de Val d’Oise Habitat, est intervenue pour rappeler l’importance d’un échelon départemental. « Sans le travail que font les bailleurs avec les maisons départementales des personnes handicapées, on n’arriverait pas à mettre en face la bonne adaptation d’un logement ; alors que le travail des équipes départementales nous permet d’adapter au bon niveau et de la bonne manière nos logements ». Sans le Département, cet office public ne pourrait pas rénover ni construire autant de logements.

« Si demain les collectivités territoriales n’ont plus les capacités d’investir, c’est 75% de la commande publique qui disparaît, ce qui ne correspond qu’à 9% de la dette publique. » a précisé Guy Geoffroy, président de l’union des maires de Seine-et-Marne.

Mercredi 7 février : Journée sans Département

Dominique Bussereau, président de l’assemblée des Départements de France, a conclu la soirée : « Si on casse la décentralisation, sans concertation, en supprimant les départements franciliens, demain ce seront tous les départements de France qui seront menacés. Si vous aimez vos départements, défendez-les ! ». Prochain rendez-vous, mercredi 7 février pour une grosse journée de mobilisation ouverte à toutes et tous !