“ Parce que l’avenir de votre département est d’abord votre affaire, j’ai souhaité que vous puissiez dire très simplement votre attachement au Val-de-Marne et aux politiques publiques qu’il développe.
Je vous remercie par avance de votre attention et de votre mobilisation.
 ”

Christian Favier

Christian Favier
Sénateur
Président du Conseil général du Val-de-Marne

>
 Je demande au gouvernement de renoncer à ce projet.
>
 J’affirme mon attachement au département du Val-de-Marne utile à toutes et à tous.

Le Département du Val-de-Marne va t-il disparaître ?

Le Département du Val-de-Marne vient de célébrer ses 50 ans d’actions au service des Val-de-Marnais. Tandis que cet anniversaire souligne la pertinence des politiques publiques développées au fil du temps, un projet pourrait rayer d’un trait de plume ce qui a été accompli.

Interview de Christian Favier, Président du Conseil départemental du Val-de-Marne

Qu'en est t-il de l'avenir du Val-de-Marne ?

Le président de la République a annoncé au Sénat sa volonté de simplifier drastiquement les structures du Grand Paris. La presse s'est fait écho des projets du chef de l'État dont l’un serait de supprimer les trois départements de la petite Couronne parisienne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) et de transférer leurs compétences à la métropole sans consultation de la population.

Des services publics vont-ils disparaître ?

Si le Département est supprimé, seules ses compétences obligatoires seront transférées à une autre collectivité. C'est le cas par exemple des aides sociales (RSA, APA, PCH...), de l'enfance en danger, etc. qui sont une compétence obligatoire. Par contre, que deviendraient les 76 crèches départementales, les 18 parcs départementaux, les aides financières au forfait Améthyste pour les retraités, la distribution des ordinateurs aux collégiens ou encore le remboursement à 50% de la carte Imagine R pour les étudiants ? Comme bien d’autres politiques publiques utiles au val-de-marnais qui ne font pas partie des compétences obligatoires, ils risqueraient de disparaitre.

La réforme annoncée permettra t-elle de faire des économies ?

Les dépenses sociales (RSA, APA, PCH...) constituent le poste de dépenses le plus important du Département. Ses montants sont fixés par l'Etat. Chacun s'accorde à dire que le transfert de ces compétences permettra de faire des économies. Le seul moyen de faire des économies serait de transférer les compétences originales mises en oeuvre par le Département, c'est-à-dire la gestion des crèches, des parcs… à des entreprises privées. Cela signifierait que des services publics ouverts à tous aujourd’hui entreraient demain dans une logique de rentabilité, au détriment de la qualité et du pouvoir d’achat des Val-de-Marnais.

Quelles sont les échéances ?

Une conférence territoriale du Grand Paris dans le courant de l’automne devait permettre au président de la République de préciser son projet. Celle-ci a été reportée à une date ultérieure sans autre indication.